Une folie !

Mais une folie exceptionnelle, de celles que l’on ne regrette jamais quand on est passé à l’acte. Posséder une paire de Klipsch Cornwall, c’est accéder à une autre étape dans la vie d’un amateur de musique : c’est s’affranchir de la plupart des contraintes habituelles.

Au premier regard, le meuble –car c’en est un- est imposant, presque majestueux. Puis vient le toucher : la sensualité de ce chêne noir de Californie est telle que l’on se surprend à les caresser à chaque fois que l’on a une main à proximité.

Puis vient l’écoute, et là, tout les doutes liées à l’acquisition d’une telle légende sont levés : Quelle écoute ! Voici cinq caractéristiques qui donnent à la Klipsch Cornwall son caractère exceptionnel :

1 – Dynamique hors du commun – Les Cornwalls peuvent sembler dynamiques à n’importe quel volume d’écoute. La plupart des enceintes traditionnelles doivent jouer à un certain volume ou plus avant de «devenir vivants». Les Klipsch Cornwall, chargées de chambres de compression, peuvent sembler explosives même à des volumes presque inaudibles. Cela permet à ces enceintes d’être jouées à un volume nettement inférieur sans perdre le sens d’entendre de la vraie musique. Ne pensez pas que ce problème de dynamique est marginal ; c’est ce qui fait que la plupart des enceintes sonnent comme des enceintes et non comme de la musique live. Le « facteur de saut » sur Klipsch Cornwall est juste plus élevé que sur n’importe quelle autre enceinte conventionnelle.

2 –  Capacité de volume ultime – Les Klipsch Cornwall peuvent jouer fort quand désiré. Contrairement à la plupart des haut-parleurs, la dynamique ne se compresse pas à des volumes très élevés. La plupart des enceinte se contentent de rugir à fort volume – ce qui n’est pas le cas de celles ci ; elles sonnent toujours comme de la musique.

Qui a entendu Nabbuco, Aida , Tosca sur des Klipsch Cornwall ou encore comme récemment dans notre auditorium, le live à Montreux de « Return To Forever » saura de quoi il s’agit.

3 – Sensibilité – Cette caractéristique est liée aux deux premières. Sans sensibilité, on n’obtient pas de dynamique ou de volume final (sans un million de watts d’entrée et la possibilité de souffler les tweeters). Les Klipsch Cornwall peuvent jouer à la fois dynamiquement et bruyamment avec l’électronique la plus modeste. Avec une puissance de sortie de 100 décibels (dB) avec un seul watt d’entrée électrique, les Cornwalls peuvent être alimentés par des amplificateurs de faible puissance, qu’ils soient à lampes ou même transistorisés. Une bonne électronique, même vintage, peut être clairement entendue et appréciée par les Klipsch Cornwall. Une mauvaise électronique ne sera pas tolérée.

4 – Réponse aux basses – Avec une réponse en fréquence spécifiée aux basses de 34 Hertz (à-3 dB seulement), les Klipsch Corwall, pour la plupart des gens, vont assez bas dans la basse pour qu’aucun subwoofer ne soit nécessaire. C’est un avantage majeur pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour qu’un caisson de basses soit bon, il doit aller à la fois bas et propre et les « subs » du marché capables d’aller plus loin que les Klipsch Cornwall coûtent plus que les Cornwalls. Deuxièmement, pour qu’un subwoofer fonctionne avec de la musique et pas seulement des films, il doit rester plat dans la réponse en fréquence à travers sa gamme. La plupart des subwoofers ne le font pas. Ils sont réglés comme des « boîtes à rythmes à une note » pour l’impact sur les films et ne sonnent vraiment pas bien sur la musique. Troisièmement, avec un caisson de basses, on perd la stéréophonie des basses. Toute la réponse des graves en dessous de la fréquence de recouvrement du subwoofer est acheminée en mono. Pour les films, on s’en moque, mais pour la musique, il y a souvent du contenu stéréo dans les basses fréquences que l’on perçoit nettement avec les Klipsch Cornwall.

5 – Apparence – Ceci est, bien sûr, une question très subjective. Certaines personnes pensent que les enceintes devraient être « hors de vue, loin du cœur ». Les Klipsch Cornwall (en particulier dans cette magnifique finition chêne noir de Californie) sont plus comme de beaux meubles en bois. Les proportions sont agréables et les grilles sont vraiment bien assorties.

Commercialisée pour la première fois en 1959, l’enceinte Klipsch Cornwall fut conçue comme une alternative à l’enceinte Klipsch Heresy, afin d’être utilisée comme voie centrale entre deux Klipsch Klipschorn. L’arrêt de sa production en 1990 suscita un véritable tollé chez les fans de la marque qui manifestèrent leur désarroi par un courrier abondant avant de lancer une pétition réclamant son retour au catalogue Klipsch. C’est maintenant chose faite avec cette Klipsch Cornwall III dotée d’un tweeter à compression de 25 mm avec diaphragme en titane monté dans un pavillon, d’un médium de 44,5 mm à diaphragme en titane également monté dans un pavillon et d’un haut-parleur de basses de 38 cm à cône en fibre composite.

La Klipsch Cornwall est vendue par paire, mais ATTENTION LE PRIX INIQUÉ EST A L’UNITÉ